Demander un entretien

Télécharger une brochure

Un étudiant de l’École de Condé au palmarès du concours Aluminnov’

18 septembre 2019

Étudiant à l’École de Condé Lyon, Raoul Morel a remporté le prix de la vie quotidienne du concours Aluminnov’ organisé par Aluminium France. Entretien.

Présentez-vous et dites-nous-en un peu plus : sur quels projets travaillez-vous actuellement ?

 

Je vais intégrer ma deuxième année de Mastère Design Global Recherche et Innovation à l’École de Condé Lyon, après avoir obtenu un Bachelor Design de Produits.

 

J’ai décidé de faire ces études parce que je suis passionné par le design et la création. Actuellement, je suis en stage au Vietnam en tant que designer de luminaire. J’ai choisi de réaliser un stage dans le luminaire parce que c’est un secteur nouveau pour moi. C’était aussi l’opportunité pour moi d’explorer un environnement qui est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Enfin, j’ai choisi le Vietnam car je n’avais jamais eu l’occasion de découvrir l’Asie.

 

En intégrant Kobi Lighting Studio à Saigon, j’ai découvert les nombreuses possibilités qu’offre le continent asiatique. Ici, tout va très vite et l’ambiance de travail est très dynamique.  J’ai surtout compris pourquoi le continent est surnommé « l’atelier du monde ». La facilité d’accès aux moyens de production est un avantage pour toutes les sociétés présentes en Asie, et plus encore pour les agences de design.

 

Comment avez-vous été informé de ce concours Aluminnov’ , et pourquoi avez-vous eu envie d’y participer ?

 

J’ai été informé de l’existence du concours Aluminnov’ à l’initiative de Denis Rochefort, enseignant de Design de Produits, qui partage avec ses élèves sa riche expérience de designer industriel. Il nous a simplement invité à nous inscrire au concours en début d’année.

 

Il nous a laissé une certaine liberté pour nous organiser, choisir notre sujet, afin qu’il nous appartienne au maximum. Il a été là toute l’année pour réaliser un suivi, pour accompagner l’évolution de nos réflexions autour de nos sujets respectifs, tout en nous laissant énormément d’autonomie. Les entrevues avec M. Rochefort ne duraient que quelques minutes par semaine, c’était très efficace.

 

Ce qui m’a aussi poussé à m’investir dans le concours, c’est que c’était un des premiers projets de ma carrière, et qu’il offrait une totale liberté au-delà des directives imposées : proposer une solution innovante composée en majorité d’aluminium, en utilisant les caractéristiques de ce matériau.

 

J’ai profité de cette liberté pour m’investir sur un sujet qui me concernait. Je me suis tout d’abord intéressé au patrimoine culturel de ma terre adoptive, qui est la Bourgogne. J’ai donc eu l’idée de travailler sur le vin et les pratiques qui l’entourent. De fil en aiguille, j’ai voulu créer un bar à vin aussi pratique qu’original en partant du constat que beaucoup d’amateurs de vin, lorsqu’ils entament une bouteille de vin qu’ils ne finissent pas, font souvent des erreurs de conservation : soit ils la laissent à l’air ambiant, soit ils la mettent au réfrigérateur. Ce sont de petites erreurs à éviter si on veut optimiser la conservation des arômes. D’où l’idée de créer une cave à vin pour deux bouteilles, que j’ai appelée Jumelles.

 

Quelles ont été vos sources d’inspiration pour ce projet ?

 

Je n’ai pas précisément sélectionné de sources d’inspiration. Vous savez, tous les jours, les étudiants en design étudient de nombreuses pièces de design de toutes les époques, donc sur la durée et inconsciemment peut-être, on se construit sa propre bibliothèque de références, de formes et de designs qui nous intéressent et nous inspirent. Durant ces années d’études à l’École de Condé de Lyon, j’ai commencé à définir mon style. J’aime à penser que c’est ma main qui a décidé de ce design. Je voulais que l’innovation soit une caractéristique de Jumelles, dans un milieu comme celui du vin qui conserve encore des valeurs très traditionnelles.

 

Selon vous, que vous a apporté l’École de Condé ?

 

L’École de Condé nous donne les outils pour savoir partager nos réflexions, être capable d’analyser et représenter graphiquement nos idées. Puis, les années passant, on aiguise nos compétences, on découvre les aspects techniques, on apprend à définir nos intentions (par les logiciels, la maquette, les dessins…), et finalement à développer un design qui nous appartient.

 

Le Mastère nous apporte à la fois l’autonomie créative et le travail en groupe que les enseignants nous encouragent à développer, ce qui nous prépare aussi à obtenir une certaine confiance en soi nécessaire pour le milieu professionnel qui nous attend.

 

Quelles sont les prochaines étapes pour vous ?

 

Grâce à mon stage, je me suis découvert une sensibilité pour le luminaire, mais je reste sur mon premier choix de vouloir faire du mobilier. J’aimerais également partir à l’étranger plus longtemps, découvrir de nouvelles cultures comme je le fais en ce moment.

 

Bien entendu, je veux continuer dans le design de produits. Je n’ai pas d’idée plus précise, mais je sais que pendant mon stage, j’ai découvert un environnement dans lequel je me sens bien, avec une équipe comprenant différentes spécialisations.

 

Je pense que le design ne consiste pas à ne rester qu’entre designers. Dans le cadre de notre travail, nous avons la chance de faire appel à beaucoup de gens, beaucoup de professions qui sont parfois très éloignées de la nôtre. C’est aussi l’aspect pluridisciplinaire que j’aime, la collaboration des métiers qui permet d’arriver à un résultat.

 

A propos du concours Aluminnov’

 

Le Défi Aluminnov’, compétition étudiante lancée par Aluminium France, est ouvert à tous les étudiants de France métropolitaine. Design, Ingénierie, Beaux-Arts, Architecture : individuellement ou par équipe, chaque concurrent est appelé à défendre les couleurs de sa discipline et le drapeau de son école. Les gagnants peuvent remporter jusqu’à 5 000€. La création proposée, à dominante aluminium, doit répondre aux besoins des nouvelles générations, s’inspirer des usages émergents ou coller aux grandes tendances de la société. Elle doit être la plus innovante possible.

 

La remise des prix du concours aura lieu le 5 juillet à Paris, en présence d’industriels, du jury et de journalistes réunis à l’occasion de la cinquième édition des Rencontres Aluminnov’. La matinée, organisée par Aluminium France, sera consacrée aux leviers d’attractivité de la filière française de l’aluminium.

 

L’inscription est gratuite et obligatoire.

Inscrivez-vous à la newsletter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.