Demander un entretien

Télécharger une brochure

Les « Rencontres Manifeste » de l’École de Condé

25 mars 2021

L’École de Condé organise depuis le 19 mars et en simultané sur l’ensemble de ces 8 campus des rencontres inédites autour des travaux de ces étudiants réalisés dans le cadre de ses engagements et suite à la publication de son Manifeste.

Fortement investie depuis deux ans sur les enjeux environnementaux majeurs, les mutations profondes de notre société, notamment avec la révolution numérique en lien avec le Design et l’Éducation comme leviers puissants, l’école a souhaité marquer une fois de plus son positionnement par la preuve et montrer qu’elle s’engage bien au-delà des mots.

En effet, dans tous les campus, toutes les sections, les enseignants et les étudiants travaillent quotidiennement à inventer un monde nouveau, plus que jamais nécessaire.

Les projets et les partenariats initiés par l’Ecole de Condé autour des enjeux écologiques se sont multipliés, les contraintes environnementales des projets systématisés, pour être en phase avec les valeurs et l’ambition de l’école : devenir l’incubateur du monde de demain.
Ces travaux pluridisciplinaires seront présentés sur les 8 campus pendant un mois et proposeront d’explorer 4 grandes thématiques qui témoignent de la diversité des territoires d’action du Design et de l’Image: l’homme et sa terre, l’homme responsable, l’homme militant, l’homme cet animal social.

Véritable invitation à défricher des territoires inconnus, élargir les horizons des disciplines, oser des propositions inédites, croiser les compétences et les points de vue, cette exposition témoigne de la puissance créative de cette jeune génération.

« L’École de Condé est plurielle, les différentes formations, compétences et expériences, encouragent la mobilité intellectuelle, génèrent des énergies nouvelles. La diversité sociale et scolaire de nos étudiants est une valeur forte de l’école, vécue comme une grande chance et une fierté. Nous pouvons affirmer chaque jour que nos différences sont une richesse, source d’inventivité et d’innovation. » Dominique Beccaria, Directrice Générale de l’École de Condé.

L’exposition Manifeste sera visible jusqu’au 17 avril et accessible sur inscriptions uniquement dans la limite des personnes autorisées en respectant les gestes barrières imposés dans ce contexte de crise sanitaire. Plusieurs visites seront organisées par créneau sur les différents campus avec une jauge restrictive mise en place afin de garantir la sécurité de toutes et tous.

 

Découvrez quelques exemples de projets présentés durant cette exposition.

AQUABANE, une cabane détachée du monde

Par – Poma Neda MASSOUDIFAR, Masoud GHARAATISOTOUDEH, Laëtitia MOREAU et Jodie VAGNER

Conçu dans le cadre du concours de micro architecture Mini Maousse, qui appelle, en partant de la question de l’eau à donner une réponse architecturale comme un signal d’avertissement à l’écocide auquel nous assistons, les étudiants ont imaginé l’Aquabane : une cabane flottante entre deux rives sur un fleuve, une rivière, un lac, dans une baie. Leur projet propose de concevoir un espace géographique neutre, détaché du monde, un micro-territoire qui interroge notre devenir.
L’Aquabane scientifique poético responsable Poma s’ancre dans le réseau des lacs sentinelles alpins et abrite un laboratoire autonome en énergie. Sa conception biométrique s’inspire de la pomme de pin et évolue selon les saisons.

MYCELLIUM

Projet mené par Myriam JOSI – enseignante à l’École de Condé avec Diego Lourenco, Ghiwa Katibi, Arthur Lory et Tyrone Fazeuilh.

Le mycélium, matière organique, permet de répondre à de nombreuses problématiques constructives et ceci à différentes échelles. L’enjeu écologique est fort car il n’y a pas d’extraction de matières premières, mais utilisation de déchets organiques (sciure ou copeaux de bois, déchets alimentaires) ou des déchets papiers ou cartons. Ceux-ci sont sourcés localement (pas de transport) et le procédé de transformation est la croissance (pas besoin de source d’énergie, ni pollution, ni
émission).
Le mycélium agissant comme liant naturel, il permet de composter le matériau à la fin de son utilisation, et ne produit donc pas de déchet.
Les étudiants ont travaillé à une série d’expérimentations leur permettant d’appréhender et d’étudier les propriétés de ce matériau constructif, offrant des propriétés isolantes. Le mycélium jouera
un rôle déterminant dans les solutions environnementales à venir. D’ores et déjà, des projets architecturaux prototypiques permettent d’imaginer la myco architecture, l’architecture de demain.

JPO

Rencontrez l'École de Condé

Inscrivez-vous à la newsletter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.