Demander un entretien

Télécharger une brochure

Deuxième prix au Hackathon Tech is Law

18 juillet 2019

Diplômée de l’École de Condé, Selena Père a participé au projet qui a gagné le deuxième prix du hackathon Tech is Law organisé par l’université Paris-Saclay en partenariat avec l’École 42 et l’École de Condé. L’objectif ? Créer une start-up !

En quoi consiste le projet auquel vous avez participé ?

 

 

Alors étudiante en deuxième année de Mastère Design global recherche et innovation de l’École de Condé Paris, j’ai rejoint, en tant que Directrice Artistique du projet, un groupe de trois étudiants de l’École 42 porteurs du projet : Francky Lyrus, Olivier Beurois et Stéphane Clinckelaillie, ainsi que Sammy Khamkham, un juriste. Nous avons travaillé sur un projet de micro éolienne urbaine. Le produit est une éolienne qui fait 21 centimètres de diamètre sur 42 centimètres de hauteur, et qui pourrait se poser sur le bord d’un balcon comme on y pose un pot de fleurs. L’éolienne récupère les vents urbains qui s’engouffrent entre les bâtiments. Ce produit est destiné dans un premier temps, aux co-propriétés et immeubles, afin que l’énergie créée serve à alimenter les parties communes. A titre indicatif, cet apport représenterait 150 euros d’économie par an en moyenne pour l’usager.

Pourquoi avez-vous choisi ce projet ?

 

Dans le cadre du hackathon Tech is law, c’était le seul projet sur la question de l’énergie propre et du développement durable. Ce sujet m’intéresse, car (c’est le cas de le dire), c’est dans l’air du temps. De plus, Francky Lyrus, Olivier Beurois et Stéphane Clinckelaillie avaient apporté le prototype avec eux. C’était donc un projet déjà très concret, il y avait vraiment une matière avec laquelle travailler.

 

Quel a été votre rôle sur ce projet ?

Je suis graphiste de formation. Au début, l’équipe voulait que je redessine leur éolienne – c’est-à-dire que j’intervienne sur le design produit de l’objet. Je me suis renseignée sur le design des palmes d’une éolienne, mais ça relève plus de l‘ingénierie que du design. Et comme leur identité visuelle n’existait pas, et qu’ils n’avaient pas de site, je me suis attaquée à l’identité visuelle. J’ai travaillé sur un logo pour qu’ils puissent se mettre en avant sur différents supports, et sur des cartes de visite pour qu’ils puissent trouver des partenaires.

 

Quelle sera la suite ?

 

Nous avons gagné un an d’accompagnement juridique par la clinique juridique de Paris-Saclay, un accès pendant un an à tous les programmes de la Creative Valley et un accompagnement d’un an par le coach de notre choix. Ce projet est enthousiasmant, j’aimerais beaucoup continuer à travailler dessus.

En savoir plus sur Selena Père

 

Découvrez son book : www.selenapere.fr

 

 

A propos du Hackathon Tech is Law

Créé par l’université Paris-Saclay en partenariat avec l’École 42 et l’École de Condé, le hackathon Tech is Law a réuni des étudiants de Paris-Saclay, de 42 et de l’École de Condé ainsi que des développeurs et des juristes pour créer ou développer une start-up en prenant en compte ses aspects business, tech, design et aussi juridique. Accompagnés par des coachs, les participants ont pu travailler pendant deux jours sur un projet de leur choix. Les lauréats du hackathon bénéficieront d’un accompagnement sur mesure pour une durée de douze mois et d’une incubation de 3 mois à Station F, le plus grand startup campus du monde.

Inscrivez-vous à la newsletter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.